Un début d’année consacré à la fosse

L’année 2019 a débuté avec le creusement de la fosse qui, à terme, réceptionnera les déchets. Cette étape s’est poursuivie par la réalisation du radier, soit le fond de la fosse. Pour cela, les équipes ont procédé au terrassement de la surface et réalisé le ferraillage, soit la mise en place de fers à bétons mis en forme et soudés. La réalisation du radier s’est achevée le 31 janvier par le coulage de 436 m3 de béton.

Une journée de présentation et de visite

Mardi 11 décembre, à la Chambre de Commerce et d’Industrie, le chantier a été présenté aux principaux partenaires, mais aussi aux corps de métiers concernés par les futures consultations d’entreprises locales. Une trentaine de personnes étaient présentes et ont pu ensuite échanger. Les entreprises se sont fait connaître et ont identifié les interlocuteurs des futurs marchés. En deuxième partie de matinée, une présentation de l’avancement des travaux a été faite au comité syndical du SDEDA. L’après-midi, les élus du SDEDA ont visité le chantier, découvrant les enrobés, les bassins, la fosse en cours de creusement, le portail installé, la base vie. Prochaine étape : la pose de la clôture autour du site, pour un chantier sécurisé.

Démarrage du chantier : bien préparer le terrain

Lancés le 1er octobre, les premiers travaux ont consisté à préparer le terrain, qui présentait un dénivelé par endroits. Le terrassement général a aplani l’espace. La terre végétale issue de ces opérations a été stockée en fond de terrain pour les aménagements paysagers futurs. Au sol, les zones dédiées aux bâtiments, les voies de circulation définitives et les pistes temporaires ont été matérialisées, ébauchant à plat la future installation et organisant l’espace. Une étape essentielle pour le bon déroulement des activités.

Autre aspect important : la préparation des réseaux, avec les points de raccordement à l’eau et l’électricité. Le terrassement général s’est poursuivi par le creusement de deux bassins pour les eaux pluviales et de voirie, ainsi qu’un bassin d’infiltration pour les eaux destinées à rejoindre le milieu naturel. Un balisage des espaces naturels situés en bordure de site a été effectué pour assurer leur préservation.

Enfin, la base vie, composée de 40 bungalows, a été installée pour accueillir les équipes. Elle comprend des vestiaires, des réfectoires, des sanitaires, des salles de réunion et une salle de visite. Ces différents aménagements préparatoires sont essentiels au bon déroulement des futures étapes de travaux

Rencontre avec les industriels de la zone d’activité

Mercredi 7 novembre, les entreprises membres de l’association de la ZI de la Chapelle Saint-Luc ont été conviées à un petit-déjeuner de présentation du chantier de la future UVE. En tant que voisins de la future installation, les industriels ont pu en savoir plus sur le chantier qui a débuté le 1er octobre et durera 29 mois. Circulation aux abords du site, organisation du chantier, partenaires et sous-traitants, impacts éventuels des travaux : les équipes de Valaubia ont abordé ces thèmes, en rappelant également le principe de fonctionnement d’une unité de valorisation énergétique. Saluant la démarche de transparence et de dialogue, les participants se sont montrés intéressés pour visiter le chantier dans les prochains mois.

Démarrage du chantier

Suite à l’obtention de l’Arrêté Préfectoral autorisant la construction de la future Unité de Valorisation Énergétique des déchets Valaubia, les travaux ont débuté le 1er octobre dernier. Des opérations de nivellement sont actuellement en cours sur la parcelle en vue de la préparation de la base vie du chantier, qui sera installée le mois prochain.

La commission d’enquête émet un avis favorable

A l’issue de l’enquête publique portant sur le projet d’Unité de Valorisation Énergétique Valaubia, qui s’est déroulée du 26 mars au 27 avril, la commission d’enquête a rendu mardi 29 mai un avis favorable.

Enquête publique : une forte participation

Ce temps fort a mobilisé les citoyens qui ont été nombreux à s’exprimer lors de la réunion publique du 26 mars, avec 120 personnes présentes dans le public, mais aussi par internet, par courrier et sur des registres disponibles en mairie. Ils ont également pu échanger avec la commission d’enquête lors des 6 permanences organisées dans 5 communes.

Les citoyens ont contribué avec :

– 252 observations électroniques,

– 30 courriers envoyés en mairies,

– 41 observations rédigées sur les registres papier

Sur l’ensemble des contributions, un grand nombre, 85, sont positives. Les autres contributions sont des demandes d’information, des questions, des réserves ou des avis négatifs. Les sujets abordés portent sur la technologie utilisée, la genèse du projet ou sur la gestion des déchets à l’échelle nationale. L’enquête publique a permis une large expression du public sur un sujet mobilisateur.

L’équipe projet a répondu précisément à chaque question

Dans la continuité de sa démarche d’information, de transparence et de dialogue menée depuis le début du projet, Valaubia a répondu à toutes les contributions formulées pendant l’enquête. L’équipe projet a réalisé un inventaire complet, numéroté et indexé des contributions, les a classées en dix-huit thématiques, et a apporté des réponses claires et précises pour chaque thématique.

Le mémoire de réponses contient des annexes et notamment :

– Une annexe de réponses pour les contributions les plus longues.

– Une annexe de réponses apportées par le SDEDA sur les questions relevant de sa compétence : choix de la valorisation énergétique, gestion territoriale des déchets, mise en œuvre d’une stratégie de prévention…

L’avis favorable de la commission d’enquête

Après avoir analysé le mémoire de réponses de Valaubia, la commission d’enquête a émis son avis. Rendu public mardi 29 mai 2018, cet avis est favorable à la demande d’autorisation environnementale préalable à la construction de l’Unité de Valorisation Énergétique.

La commission d’enquête considère que le projet répond aux besoins en traitement du département de l’Aube. Elle souligne également la qualité du dossier. Elle conditionne son avis à, d’une part, la mise en place d’une instance de suivi environnemental (de type CLIS ou CSS) ouverte à la représentation citoyenne ; d’autre part, la poursuite de la stratégie de prévention du SDEDA. Aucune réserve ne concerne l’Unité de Valorisation Énergét ique Valaubia en tant que telle.

Le mémoire de réponses de Valaubia et l’avis de la commission d’enquête sont disponibles sur le site de la préfecture.

http://www.aube.gouv.fr/Publications/Amenagement-du-territoire-Environnement-Developpement-durable/ICPE-Installations-Classees-pour-la-Protection-de-l-Environnement/Rapport-et-conclusions-du-commissaire-enqueteur/UVE-VALAUBIA-a-La-Chapelle-Saint-Luc

Citoyenneté : vos questions, nos réponses

Y aura-t-il une commission de suivi de site pour Valaubia ?

Des commissions de suivi de site sont mises en place pour les UVE. Nous y sommes tout à fait favorables. C’est la préfecture qui crée ces commissions.

Les habitants de La Chapelle Saint-Luc auront-ils un droit de regard ?

Des comités citoyens se mettent en place actuellement. Une visite d’UVE, en implantation urbaine, a été organisée à leur attention le 23 février 2018.

Trafic : vos questions, nos réponses

Le trafic va-t-il augmenter ?

À l’échelle du département, le trafic n’augmentera pas, puisque la collecte des ordures ménagères existe et restera la même. A La Chapelle Saint-Luc, le trafic évoluera peu : les camions arriveront par la rocade. L’implantation du site à proximité de ce grand axe routier permettra de réduire le trafic au sein de l’agglomération. Au maximum, le trafic lié à l’activité est estimé à 40 véhicules par jour. Ce trafic représente une augmentation de 0,1% de la circulation sur la rocade.

Les camions vont-ils passer devant les maisons et les écoles ?

La zone industrielle de La Chapelle Saint-Luc est située en bordure de rocade, avec des accès spécifiques. Les camions emprunteront un itinéraire qui évitera les zones d’habitation et les écoles.

Déchets traités : vos questions, nos réponses

Quel type de déchets l’UVE va-t-elle traiter ?

L’UVE accueillera 60 000 tonnes de déchets par an. Il s’agit essentiellement d’ordures ménagères résiduelles de l’Aube (55 000 tonnes par an). C’est donc la poubelle grise des ménages. L’UVE recevra également 5 000 tonnes par an de déchets d’activité économique issus des entreprises de l’Aube.

Qu’est-ce qu’un déchet d’activité économique ?

Il s’agit de la poubelle grise des entreprises. Ce sont des déchets non dangereux non recyclables. On peut y trouver par exemple des chutes ou des rebuts de production, des caisses usagées, des consommables usagés comme des stylos, des rebuts de production (cuir, plastique…) non réutilisables.

Le projet prévoit de traiter des déchets de déchèterie. Pourquoi et comment ?

Les déchèteries disposent d’une benne pour les déchets qui ne peuvent pas être recyclés. Seuls ces déchets seront acheminés vers l’UVE. Les flux tels que le bois, la ferraille, les papiers et cartons… sont envoyés vers des filières de recyclage.